Buffles

Il y a quelques temps, avec trois collègues, nous sommes allés en pleine cambrousse pour repérer un endroit où nous allons emmener nos élèves en classe verte. C’était long et fatigant, mais comme on s’entend bien, c’était assez sympa. A un moment, on a fait rire tous les habitants d’un hameau : quatre blanc arrêtés sur le bas-côté pour prendre en phots des buffles qui se roulent dans la boue. Et quand je dis qu’ils se roulent, c’est qu’ils se roulent. Quatre pattes en l’air et tout. Bon, il y avait aussi des maisons malaises très belles, mais on ne pouvait quand même pas s’arrêter toutes les 5 minutes. On est déjà rentré bien tard.

Bon, voici les buffles, et en prime des bons futur poulets élevés en pleine terre et nourris au bon grain bio…

Et accessoirement 3 des 4 photographes (la quatrième étant en train de prendre ces 3 là !)

buffles

buffles

poulets

buffles

incompréhension

Même si je bosse et que je passe bien trop de temps devant mon écran (mais c’est un peu de votre faute, aussi), j’essaie d’être disponible pour les enfants. On discute, j’essaie de les comprendre, de tenir compte, dans la mesure du possible, de leurs envies, de leurs angoisses. Pourtant, il y a des moments où je ne les comprends pas. Mais vraiment pas. Et où ils sont absolument incapables de m’expliquer leur comportement.

tenez, Ariane, par exemple. Quelqu’un peut-il me dire pourquoi toutes les nuits, elle met ça dans son lit ? Et pourquoi tous les matins, elle le glisse discrètement dans son cartable ?

Ah oui, euh, le ça en question, le voilà.

os

Et ça continue, encore et encore…

Sacha reprend du poil de la bête. Plus de fièvre, il recommence à manger. Enfin, quand le menu lui convient. L’infection pulmonaire doublée d’une otite ne sera bientôt plus qu’un souvenir. Reste la fatigue, quand même.

Aujourd’hui, Ariane tousse, vomit ce qu’elle avale et a de la fièvre malgré le paracétamol.

C’est reparti pour un tour…